Cérémonie de Notification des actes de transfert des compétences et des ressources de l'Etat aux collectivités territoriales : Ferme engagement de l'Etat à soutenir les collectivités territoriales et les secteurs sociaux de base

  • Imprimer

Le Premier ministre, chef du gouvernement, SE Brigi Rafini, a présidé, hier matin à l'Académie des arts martiaux de Niamey (ACAM), la cérémonie officielle de notification des actes de transfert des compétences et des ressources de l'Etat aux collectivités territoriales. Cette cérémonie qui s'inscrit dans le cadre du processus de transfert des compétences aux collectivités territoriales entrepris par l'Etat dans quatre (4) domaines notamment la santé, l'éducation, l'hydraulique et l'environnement s'est déroulée en présence du ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation, des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed, des membres du gouvernement, des partenaires techniques et financiers ainsi que des responsables régionaux et municipaux.
Pour le Premier ministre a indiqué que la remise aux élus et aux représentants territoriaux de l'Etat des actes portant transfert de compétence, est «une preuve supplémentaire du ferme engagement de l'Etat dans sa volonté d'une responsabilisation soutenue des collectivités territoriales».
Pour sa part, l'Ambassadeur de France au Niger, chef de file des partenaires techniques et financiers intervenant dans le domaine de la décentralisation M. Marcel Escure a noté que cette cérémonie sanctionne les avancées enregistrées dans le secteur de la décentralisation au Niger et consacre l'opérationnalisation d'un exercice complexe amorcé en février 2013 par la création du Comité technique sur le transfert des compétences et des ressources de l'Etat aux collectivités territoriales dont les travaux ont abouti en janvier 2016 à l'adoption des décrets 2016-75 et 2016-76, portant transfert des compétences et des ressources de l'Etat aux communes et aux régions dans les domaines de l'éducation, de la santé, de l'hydraulique et de l'environnement. Cependant M. Marcel Escure a précisé que le transfert des compétences et des ressources de l'Etat aux collectivités territoriales requiert la réalisation de plusieurs grands chantiers prioritaires et concomitants.
Ce transfert estime-t-il, nécessite une montée en puissance résolue et pérenne de l'Agence Nationale de Financement des Collectivités Territoriales (ANFICT). Pour M. Marcel Escure, l'ANFICT constitue la cheville ouvrière du processus de décentralisation au Niger ayant pour mission de dynamiser le développement local du pays en accompagnant techniquement et financièrement les collectivités territoriales et en garantissant la régularité de la gestion des ressources publiques. Il a par ailleurs mentionné que le transfert des compétences aux collectivités territoriales suppose aussi que les collectivités disposent de capacités humaines aptes à conduire les politiques publiques dans les domaines de l'éducation, de la santé, de l'hydraulique et de l'environnement. C'est pourquoi, le renforcement du dispositif d'accompagnement des collectivités territoriales à travers le développement des services déconcentrés de l'Etat sur tout le territoire nigérien, constituent également une condition du succès du transfert des compétences et de ressources aux collectivités territoriales.
M. Marcel Escure a confié que la mise en place du compte unique du Trésor et la fermeture des comptes des collectivités dans des banques commerciales constituent des progrès significatifs, tant en matière de bonne gouvernance, que d'amélioration de la gestion des deniers publics. « La fermeture des comptes par certaines entités publiques et l'absence de moyens de décaissement autonomes posent néanmoins problème ces derniers temps et les partenaires en appellent aux autorités pour trouver rapidement une solution afin d'éviter tout tarissement financier susceptible de suspendre les programmes de coopération d'aide » a-t-il prévenu. Par ailleurs, le chef de file des partenaires de la décentralisation a souligné que le Niger peut aujourd'hui se féliciter des avancées significatives obtenues dans le domaine de la décentralisation et du développement local et ce, dans un contexte difficile marqué par la menace sécuritaire et la faiblesse des moyens techniques et financiers à disposition.
M. Marcel Escure a aussi réaffirmé la disponibilité des partenaires techniques et financiers à accompagner durablement et résolument le processus de la décentralisation. « Il convient d'ailleurs de souligner que la décentralisation s'inscrit au cœur des priorités de développement identifiées par l'Alliance pour le Sahel, plateforme des partenaires au développement internationaux en faveur d'une plus grande efficacité de l'aide au développement au Sahel, lancée le 13 juillet dernier à l'initiative de l'Union Européenne, de l'Allemagne et de la France » a conclu M. Marcel Escure. Auparavant, le gouverneur de la région de Niamey M. Seydou Ali Zataou s'est félicité, au nom des populations de la région, du choix porté sur Niamey pour abriter cet important événement. Sur un tout autre plan, le représentant des municipalités du Niger et celui des Conseils régionaux ont réaffirmé leurs déterminations à conduire ce processus à bon escient afin d'atteindre les objectifs que vise la décentralisation notamment la démocratie à la base, la bonne gouvernance et le développement local. La fin de la cérémonie a été sanctionnée par la remise symbolique des actes portant transfert de compétence au doyen des gouverneurs, aux représentants des municipalités et des Conseils régionaux.
(lire ci-dessous l'intégralité du discours prononcé par le PM)
Laouali Souleymane(onep)