Remise du Rapport général public de la Cour des Comptes au titre de l'année 2014 au Premier ministre : Des recommandations et conseils pour perfectionner le système de gestion des fonds publics

  • Imprimer

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, SEM Brigi Rafini, a reçu, hier, en audience une délégation de la Cour des Compte conduite par M. Saidou Sidibé, président ladite institution. Il était question de transmettre au Chef du gouvernement le rapport général public de la Cour des Comptes au titre de l'année 2014. Ce rapport a, au préalable été présenté au Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou, puis au président de l'Assemblée Nationale SE. Ousseini Tinni.
En recevant le rapport général public de la Cour des Comptes, le Premier ministre Chef du Gouvernement, SEM Brigi Rafini a félicité la délégation tout en relevant que ce document était bien attendu. «J'imagine que nous allons retrouver dans ce document les recommandations et les conseils nécessaires pour nous aider à perfectionner notre système de gestion. Nous allons en prendre acte et faire un bon usage », a déclaré SEM Brigi Rafini. À l'issue de la rencontre, le président de la Cour des Compte, M. Saïdou Sidibé a indiqué qu'il s'agit à travers cette démarche de remise officielle du rapport général public de la Cour des Comptes aux différentes autorités du pays, de respecter les dispositions prévues à cet effet par la loi. Au terme de ces présentations une conférence de presse sera animée.
«Nous avons profité de cette occasion pour faire au Premier ministre, Chef du Gouvernement, le point sur le niveau de contrôle au titre de l'année 2014. Nous lui avons indiqué les faiblesses et les améliorations qu'il y a eu. Il y a encore des lacunes notamment en matière d'exécution des marchés publics, et le respect de certaines règles des finances publiques, ce, malgré les améliorations», explique M. Saïdou Sidibé, tout en rappelant qu'il y a beaucoup de manquements quant aux opérations des collectivités territoriales. Et, cette situation est concomitante à la déficience des capacités, et, à une quasi-absence de l'administration.
Du point de vue des entreprises publiques, des projets et programmes, le Président de la Cour des Compte souligne et constate une meilleure prise en charge des recommandations. Concernant les comptes des partis politiques qui reçoivent des subventions, M. Saidou Sidibé relève là également des faiblesses, car seuls quelques partis font parvenir leurs comptes sans nécessairement respecter les normes. En outre en matière de déclaration des biens, ce ne sont que les individus qui y sont assujettis qui rendent compte. « Dans l'ensemble nous allons préparer des canevas et des formations en vue d'améliorer la situation. D'autant plus qu'il s'agit d'une exigence constitutionnelle que de rendre compte », précise M. Saïdou Sidibé, qui a enfin affirmé avoir indiqué au Premier ministre, Chef du gouvernement, les contraintes auxquelles font face la Cour des Comptes en matière de ressources humaines et financières, malgré les efforts de l'Etat.

Samira Sabou(onep)