«Au Niger, l'alimentation scolaire, à travers les cantines, constitue une opportunité pour l'accès des enfants aux services éducatifs», déclare SEM. Brigi Rafini

  • Imprimer

«Distingués Invités ;
• Mesdames et Messieurs;
L'idée consacrant la célébration d'une journée Africaine de l'Alimentation Scolaire remonte au mois d'octobre 2015 suite au Sommet des Chefs d'Etat et de gouvernements de l'Union Africaine. C'est en effet lors de la réunion des Ministres en charge de l'éducation de notre organisation commune que mon pays, le Niger, a fait un plaidoyer en faveur de l'alimentation scolaire endogène.
Pour le gouvernement, le développement des cantines scolaires a un impact réel sur l'accès à l'école, le parachèvement du cycle scolaire, mais aussi et surtout la diminution significative du nombre de mariages précoces et le phénomène des enfants de la rue.
A titre comparatif, on a observé un taux de 12.4% d'abandon dans les écoles qui ne disposent pas de cantines contre un taux d'1.6% dans celles qui en disposent. C'est le lieu pour moi d'exprimer toute la satisfaction du Gouvernement et du peuple nigérien pour le choix porté sur notre pays par l'Union Africaine pour célébrer cette première édition de la journée africaine d'alimentation scolaire.

Mesdames et Messieurs,
Au Niger, l'alimentation scolaire, à travers les cantines, constitue une opportunité pour l'accès des enfants aux services éducatifs. Elle fait partie des réponses permettant aux enfants des plus défavorisés et qui vivent dans des zones difficiles d'avoir accès à un apprentissage de qualité dans un environnement approprié.
A titre illustratif, le Niger dispose de plus de 2 038 cantines scolaires dans lesquelles 249 845 élèves poursuivent leur scolarité. Le fonctionnement de ces cantines est pris en charge par l'Etat et les partenaires au développement, principalement le Programme Alimentaire Mondial (PAM), dont je salue la disponibilité et le professionnalisme de ses agents.

Mesdames et Messieurs,
Une chose est de créer les cantines scolaires, mais c'en est une autre d'assurer leur fonctionnement effectif et régulier. Pour assurer un fonctionnement efficient de nos cantines, l'Etat s'est appuyé sur la production des petits producteurs, mais également sur des stratégies nouvelles qui visent une production de qualité et en quantité, impliquant notamment les premiers bénéficiaires que sont les scolaires, par la réactivation des APP (Activités pratiques et productives), qui sont des programmes d'initiation des enfants à la pratique de cultures maraîchères dans les écoles.
L'alimentation scolaire joue un rôle important car elle combine une réponse à des besoins immédiats et une stratégie à long terme visant à créer et renforcer le capital humain indispensable pour assurer le développement du Pays. Dans cette optique, une attention particulière est portée vers la scolarisation des filles, à travers un appui renforcé en vivres aux familles qui permettent à leurs filles de fréquenter l'école. De plus, l'alimentation scolaire offre des opportunités de travail principalement aux femmes pour la préparation des repas, les activités complémentaires, l'installation des moulins à grain, la lutte contre la désertification à travers l'utilisation des foyers améliorés. Ce programme d'alimentation scolaire, comme je le disais tantôt, s'appuie en grande partie sur la production locale des petits producteurs.

Mesdames et Messieurs,
Face aux objectifs liés aux indicateurs de l'éducation, le gouvernement avait saisi l'opportunité pour encourager et renforcer les efforts déployés à travers l'initiative «les Nigériens nourrissent les Nigériens» (3N) pour accroître la production agricole, améliorer les revenus des petits producteurs et stimuler l'économie locale. L'Initiative «3N» que nous avons mise en place depuis 2012 est le fruit d'un large consensus pour s'attaquer immédiatement et résolument aux causes structurelles de l'insécurité alimentaire et nutritionnelle. Aujourd'hui, cette Initiative qui fait école dans notre sous région, vient de se doter d'une structure appelée «Maison du Paysan», qui est une véritable plateforme multisectorielle à la disposition des producteurs.

Mesdames et Messieurs,
Une autre spécificité du Niger dans ce domaine est l'initiative des « communes de convergence ». Ces communes de convergence qui intègrent les cantines scolaires fédèrent les activités de tous les secteurs et acteurs (éducation, santé, alimentation, etc..) pour un renforcement optimal de la résilience des ménages vulnérables. Toutes ces stratégies ont permis à l'Etat d'obtenir des résultats forts encourageants dans la lutte contre la sous alimentation, le mariage précoce et l'abandon de la scolarité.

Mesdames et Messieurs,
Le Niger est régulièrement à la recherche des moyens appropriés, complémentaires pour améliorer les conditions de vie de la population. Cet engagement de l'Union Africaine qui est une invite à poursuivre et à maintenir cette dynamique, nous conforte dans notre vision.
Nous attendons de nos partenaires un soutien accru dans ce domaine qui est d'une importance capitale pour bâtir la résilience de nos populations rurales et permettre de poursuivre le chemin vers l'atteinte des objectifs de développement durable (ODD).
La célébration de cette journée est également une occasion pour nous de faire un bilan de ce que nous avons déjà réalisé et de nous projeter dans l'avenir. C'est l'occasion pour moi de réaffirmer l'engagement et la détermination du gouvernement du Niger à poursuivre ces objectifs de développer l'alimentation scolaire pour élargir l'accès à l'éducation au plus grand nombre, allouant un budget conséquent, mais surtout à poursuivre le plaidoyer pour l'alimentation scolaire.
Avant de terminer, je voudrais remercier nos partenaires techniques et financiers, notamment le PAM et l'UNICEF, pour les efforts combien louables qu'ils déploient aux côtés de l'Etat particulièrement dans le cadre de la sécurité alimentaire. C'est sur ces mots que je déclare lancée la première Journée Africaine d'Alimentation Scolaire.

Je vous remercie de votre aimable attention. ».

Onep