Visite du Premier ministre, président du Conseil national du Fichier électoral au centre de traitement national : SE Brigi Rafini se dit confiant quant au processus d'élaboration du fichier

  • Imprimer

Le Premier ministre, chef du Gouvernement, président du Conseil National du Fichier (CNF), a visité hier dans la soirée le Centre National de Traitement (CNT) du Comité du Fichier Electoral Biométrique (CFEB). M. Brigi Rafini y est allé en sa qualité de président de cette instance qui supervise et valide les travaux du CFEB, pour voir de lui-même l'évolution du processus de traitement des listes électorales, mais aussi pour apporter ses encouragements aux responsables du CFEB et du CNT, ainsi qu'aux vaillants agents qui travaillent nuit et jour pour donner vie et forme au fichier électoral tant attendu dans le délai.
Le Premier ministre, qui a été accueilli par le coordonateur du CEFB et son adjoint, le vice-président de la CENI et le rapporteur général ainsi que les responsables du CNT, est allé à la documentation, dans les salles de saisie, la salle d'exploitation où les agents s'attèlent activement à apporter les corrections finales aux fiches électorales de toutes les 265 communes que compte le pays, suite aux réclamations ayant suivi l'affichage des listes dans les communes.
Après avoir visité le service de la documentation où il a reçu d'amples explications sur les fiches déjà établies et les conditions de leur stockage, le président du CNF a visité le centre d'édition du CNT doté de six imprimantes pour la production des listes électorales. Le coordonateur adjoint du CFEB l'a informé que ce sont ces mêmes machines sophistiquées qui serviront à produire les cartes d'électeurs.

La salle d'exploitation a également été visitée par le président du CNF qui y a trouvé les agents appuyés par les communaux constitués des agents de l'état civil et des représentants de trois regroupements politiques: la majorité, l'opposition et les non-affiliés. Tous travaillant à un rythme effréné pour porter les corrections nécessaires avant l'établissement définitif des listes, le Premier ministre les a félicités après s'être rassuré qu'ils sont dans de bonnes conditions de travail. En se rendant dans les différentes salles de saisie, le Premier ministre a trouvé des agents motivés, dévoués à la tâche, qui travaillent à un rythme de deux vacations journalières, soit une équipe travaillant de 8h à 16h et une autre de 16h à 00h.
A chaque étape de sa visite, le président du CNF n'a pas manqué d'encourager les agents et de les féliciter pour la qualité du travail et l'abnégation dont ils font preuve pour accomplir leur mission. M. Brigi Rafini s'est dit satisfait de trouver des Nigériens véritablement engagés à travailler pour leur pays. Outre la performance des responsables techniques et des agents qu'il a constatée, le président s'est réjoui de trouver du matériel de haute technologie mis à la disposition du CNT, un matériel à même de garantir la fiabilité des données. "Je suis rassuré à l'issue de cette visite. Je constate qu'il a été pris plus de temps que nous en avions prévu, mais on sera dans le délai, et nous aurons un fichier consensuel, un fichier qui tient techniquement la route", a dit le Premier ministre, ajoutant qu'on aura ainsi un fichier d'avenir car il sera procédé à l'enrôlement biométrique des électeurs sur la base de ce fichier après les élections de l'année prochaine. Et cela permettra au Niger de disposer d'un fichier biométrique tel que recommandé et souhaité par l'ensemble de la classe politique, un fichier correspond au vœu des Nigériens. Le président du CNF s'est dit confiant au regard de ce qui se passe au niveau du CNT, affirmant que le fichier électoral sera disponible au plus tard en fin novembre ou début décembre. Il a assuré que cette situation n'aura aucun impact sur le chronogramme des élections. M. Brigi Rafini a souligné qu'il n'y a d'ailleurs pas d'inquiétude à se faire, expliquant que jusqu'au 21 décembre, on ne sera pas dans la période d'incertitude. Il a surtout noté qu'outre le fait que tout se passe bien au CNT , il n'y a aucune inquiétude à se faire et que la législation a prévu aussi un mécanisme pour transmettre les réclamations et leurs corrections.

Zabeirou Moussa(onep)