Réunion du comité interministériel de la gestion de la riposte à la pandémie de la COVID-19 : Depuis plus d’un mois aucun décès lié à la COVID-19 n’a été enregistré, déclare le ministre de la Santé Publique

  • Imprimer

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE. Brigi Rafini a présidé, le jeudi 20 aout dernier au Palais des Congrès de Niamey, la réunion du comité interministériel de gestion de la riposte à la pandémie de la COVID-19. Après le point de l'évolution de la pandémie au Niger, ainsi que de la mise en œuvre des mesures de ripostes, les réflexions ont, au cours de cette session, porté notamment sur l'application stricte des directives au niveau des aéroports et les paramètres de la levée de l'interdiction des sports collectifs.

Dans une présentation qu'il a faite lors de cette réunion, le ministre de la Santé publique, Dr. Idi Illiassou Mainassara a souligné qu'à la date du 19 aout 2020, l'évolution de la pandémie de la COVID-19 est encore favorable et se caractérise par un coefficient de transmissibilité de 0,225. Sur le plan riposte, 15.262 personnes ont été confinées dont 15.200 sorties de l'isolement et les 62 restantes sont en auto confinement à Niamey. Par rapport aux sites réquisitionnés à cet effet par l'Etat, il a été fait admettre 1.388 personnes qui sont aussi à la date du 19 aout, toutes sorties. Ainsi, explique le ministre Idi Illiassou Mainassara, une réflexion est engagée sur la préservation des dispositifs de confinement (ceux du site du stade Général Seyni Kountché en particulier), en prélude à la réouverture prochaine des frontières terrestres.

Après l'ouverture des vols, au niveau de l'aéroport, du 1er au 18 aout, 5.858 passagers ont atterri au niveau de Niamey, pour lesquels 512 tests rapides et 360 tests à la PCR ont été réalisés. Le nombre de tests réalisés sur d'autres sites dédiés aux diplomates et officiels, en ce qui concerne ceux qui quittent, est de 2.747 personnes. Il y'a là, quelques difficultés liées à l'application des directives relatives à l'ouverture des frontières. «C'est surtout l'embarquement des passagers, par les compagnies, sans tests PCR ou avec tests PCR non valides. Il y'a aussi quelques cas de refus de certains voyageurs à faire le test PCR à l'arrivée», a relevé le ministre de la Santé publique. Dr. Idi Illiassou Mainassara estime qu'il faut, à cet égard, des sanctions applicables.

Pour ce qui est des émigrants et saisonniers nigériens et autres dérogations spéciales qui rentrent au pays par voie terrestre, malgré la fermeture des frontières, le ministre note que 9.174 personnes sont arrivées du 1er au 18 aout 2020, parmi lesquelles 25 cas positifs de la COVID-19 détectés. «Globalement sur un total de 11.577 tests réalisés, 1.167 cas confirmés positifs de la COVID-19 ont été enregistrés au Niger dont 1.082 sortis guéris, 69 décès déplorés et 16 patients sous traitement, au 18 aout 2020», a-t-il indiqué.

Etant asymptomatiques, les 16 patients restant de la COVID-19 poursuivent leur traitement chez eux. «A la date d'hier (18 août), aucun patient de la COVID-19 ne reste à l'hôpital de référence de Niamey», a déclaré le ministre de la Santé publique, avant de prévenir que la vigilance doit être toujours de mise. «Le virus circule encore, surtout que les frontières terrestres ne sont pas rouvertes», prévient Dr. Idi Illiassou Mainassara. Il faut noter que depuis plus d'un mois, aucun décès lié à la COVID-19 n'a été déploré au Niger. La barre est maintenue à 69 décès (à la date du 21 août 2020). Ce qui explique par ailleurs, une parfaite maitrise de la prise charge par le personnel de santé.

Ismaël Chékaré(onep)