Remise du rapport d’activités 2018 de l’ARCEP au Premier ministre : Un taux de pénétration du réseau en progression et amélioration du classement du Niger en matière de transposition des textes communautaires

  • Imprimer

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, SE Brigi Rafini a reçu hier matin une délégation de l'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (ARCEP) conduite par la Présidente du Conseil de ladite institution, Mme Bety Aichatou Habibou Oumani. La délégation est venue remettre le rapport des activités de 2018 de l'autorité de régulation des communications électroniques et de la poste. La remise du rapport de cette structure est prévue par l'article 12 de la loi 2018-47 de 12 juillet 2018. Ce rapport traite de manière globale, les activités de régulation.

A l'issue de la rencontre, la présidente du Conseil de l'ARCEP a expliqué que l'année 2018 a été sanctionnée par des reformes, notamment, la transposition des actes de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) mais aussi de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA). Ce qui, dit-elle, explique l'abandon de l'appellation classique de ''régulation de télécommunication'' au profit de ''Communication Electronique et de la poste''. « Cette transposition a fait que le Niger a eu un meilleur classement car en 2017 la revue de l'UEMOA avait donné 33,50% au Niger. Et avec tout ce que l'ARCEP a entrepris comme activités de régulation et notamment de transposition de différentes réglementations nous avons eu un classement de 85,90% en 2018 », a déclaré Mme Bety Aichatou Habibou Oumani.

C'est pourquoi, la Présidente du Conseil de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste, a saisi cette occasion pour féliciter les agents de l'ARCEP, les membres du conseil qui ont beaucoup travaillé afin de relever ce défi. Cependant, précise-t-elle, beaucoup reste à faire. « Il y'a le secteur de la poste qui est en train d'être examiné et il y'aura une loi qui va parler du secteur de la poste », a-t-elle annoncé.

Parlant des tarifs, la présidente de l'ARCEP a notamment mentionné que ceux de 2017 restent les mêmes que ceux de 2018. « Nous avions une croissance au niveau du taux de pénétration. Nous avons aussi une croissance au niveau des infrastructures. Quand nous disons infrastructures il faut voir tout ce qui donne droit à l'accès internet mais aussi les autres infrastructures gérées par notre opérateur notamment les pilonnes qui ont connu une large augmentation. En 2018 nous avons enregistré plus de 237 milliards de chiffre d'affaires» a souligné Mme Bety Aichatou.

Pour ce qui est des sanctions, la présidente de l'ARCEP a relevé que l'ARCEP a infligé des sanctions, notamment des mises en demeure. « Ces mises en demeure ont été administrées suite à un contrôle que les agents de l'ARTP de l'époque avaient conduit et donc qui a permis aux opérateurs de se ressaisir et de se conformer par rapport à leur cahier de charges » a-t-elle précisé. Pour ce qui est des perspectives, la présidente de l'ARCEP a parlé du plan stratégique sur les cinq (5) ans de l'ARCEP. Aussi, il y a, selon Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, une stratégie de régulation qui va bientôt être soumise à l'appréciation du cabinet du Premier ministre qui est leur tutelle.

Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)