Gouvernement / SNECS : Signature d'un protocole d'accord pour le retour à la sérénité dans les universités publiques

  • Imprimer

Le ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, M. Yahouza Sadissou, et le Secrétaire Général du Syndicat National des Enseignants-Chercheurs et Chercheurs du Supérieur (SNECS), Dr Naballa Adaré, ont signé hier matin un protocole d'accord afin de ramener la sérénité dans les universités publiques du Niger. Le paraphe de cet important document par les deux parties vient mettre fin à la série de grèves répétitives qu'observent les militants du SNECS depuis plusieurs mois.
Avant de parapher le document, le ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation a souligné le caractère solennel de la cérémonie qui consacre la signature du protocole d'accord entre le gouvernement et le SNECS après «plusieurs mois d'incompréhension et de bras de fer». En aucun moment de cette épreuve, « je n'ai eu de doute sur notre volonté commune de parvenir à un accord car nous partageons au moins un dénominateur commun, celui qui consiste à assurer la sauvegarde et la promotion de l'enseignement supérieur et de la recherche dans notre pays», a-t-il indiqué.
Le ministre Yahouza Sadissou a réaffirmé au SNECS ainsi qu'à l'opinion nationale et internationale l'attachement « du Président de la République et du Gouvernement à tout le secteur de l'éducation en général et particulièrement au sous-secteur de l'enseignement supérieur». Pour preuve, le ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation cite les investissements importants consentis par les autorités dans le domaine, même s'il reconnait que «beaucoup de choses restent encore à faire ».
Le protocole d'accord signé entre le Gouvernement et le Syndicat National des Enseignants-Chercheurs et Chercheurs du Supérieur fait suite à la remise au Gouvernement par ce syndicat d'une plateforme revendicative suivie par plusieurs mots d'ordre de grève. Il s'articule principalement autour de cinq (5) points d'accord retenus après les négociations. Le Gouvernement accepte ainsi le principe de l'ouverture des pourparlers avec le SNECS pour la conduite d'un processus consensuel sur tous les points de la réforme des universités publiques du Niger. Le Gouvernement et le SNECS conviennent aussi de la création d'un cadre permanent de concertation pour la prévention et la gestion d'éventuelles crises universitaires.
En plus de ces points, le Gouvernement accepte la restitution des retenues sur salaires pour fait de grève des militants du SNECS dans le salaire du mois de mai 2019 et s'engage à payer intégralement les arriérés des droits statutaires en souffrance au plus tard fin août 2019. En contrepartie, le SNECS engage ses militants à faire des rattrapages en vue de sauver l'année académique en cours. Un arrêté du ministre de l'Enseignement Supérieur fixera à cet effet un nouveau calendrier de l'année académique 2018-2019. Enfin, le Gouvernement et le SNECS conviennent de la nécessité de la vulgarisation et de
l'application stricte de la charte d'éthique et de déontologie dans les universités publiques du Niger adoptée par décret n°2013-201/PRN/MEM/S/RS du 31 mai 2013.
Souleymane Yahaya